Ecoute Mutuelle et Dialogue Intérieur: Comparaison

Que sont l’Ecoute Mutuelle et le Dialogue Intérieur, quelles sont les ressemblances et leurs différences? Définir par la comparaison est un exercice intéressant en soi, et qui nous permettra par la suite d’explorer la possibilité de conjuguer l’utilisation de ces deux méthodes.

Soulignons ici trois points qui rassemblent ces deux méthodes:

  • L’Ecoute Mutuelle comme le Dialogue Intérieur sont des méthodes de travail personnel, d’exploration des sentiments, des croyances, des habitudes – schémas comportementaux, qui sont en oeuvre dans nos vies.
  • Ces deux approches ont pour base une croyance dans la légitimité de ces sentiments, croyances et habitudes, et la certitude de notre capacité de les faire évoluer au mieux pour qu’elles jouent un rôle intéressant dans nos vies.
  • Enfin, ces deux méthodes postulent un grand respect pour le rythme de la personne qui travaille.

Ces points communs sont très importants et assurent l’absolue compatibilité éthique de ces deux approches.

Les deux approches présentent évidemment des différences, qui mettent en valeur leurs bénéfices spécifiques:

  • L’Ecoute Mutuelle est accessible à deux personnes formées à égalité, le Dialogue se déroule entre un facilitateur agréé et un facilité qui n’a pas besoin de formation initiale.
  • La contrepartie du temps accordé en Ecoute Mutuelle est un temps égal accordé dans une inversion des rôles, la contrepartie du temps accordée par le spécialiste de Dialogue au « client » est généralement financière.
  • L’Ecoute Mutuelle enseigne la connaissance des émotions, le Dialogue la connaissance d’états intérieurs appelés « sous-personnalités ».
  • L’Ecoute Mutuelle est centrée sur la recherche de la Catharsis suivie de la ré-évaluation, le Dialogue procède par mise en situation des personnages intérieurs.
  • Les pratiquants de l’Ecoute Mutuelle identifient et développent leur Balance Attentionnelle au cours de la formation initiale, les Dialoguistes travaillent leur « moi conscient » au cours des séances.
  • La distance entre les deux participants est également différente, une certaine distance est de rigueur en Dialogue Intérieur alors que la distance en Ecoute Mutuelle est très variable, incluant généralement une grande proximité et un contact physique des mains, une embrassade, ou un travail d’opposition du corps, selon les sujets et les préférences du « client ».
  • Enfin, en Dialogue on souhaite se souvenir de ses personnages intérieurs, alors qu’une partie des sessions d’Ecoute Mutuelle peut voire doit être oubliées: On se souvient des nouvelles pensées, décisions et conclusions auxquelles on accède pendant la séance, mais les émotions qui ont fait l’objet de catharsis ne sont plus d’actualité et font l’objet d’une confidentialité extrême et d’un « oubli ».

Ces différences permettent d’obtenir une variété de résultats selon les circonstances et sont une richesse. Dans quelle mesure gagnent-ils à être « mariés » ? De quelle façon? Nous le verrons dans les prochains articles.

Quelle est votre expérience de ces deux méthodes? Pratiquez-vous d’autres disciplines qui présentent des points communs avec ces méthodes? Partagez vos expériences avec nous!

Une réflexion sur « Ecoute Mutuelle et Dialogue Intérieur: Comparaison »

  1. C’est encore vers la CNV que je suis tentée d’aller chercher des points de comparaison ; n’ayant pas une pratique intensive dans l’un ou l’autre des 2 modèles ici exposés.
    Mais je me souviens de certains exercices effectués lors de ma formation en Communication Non Violente, autour de la question des « choix » de la « culpabilité » et de la « responsabilisation ».
    Souvent la culpabilité se traduit par une rumination intérieure, qui n’est pas constructive (c’est le moins qu’on puisse dire!). La culpabilité nous coupe de nous-mêmes. La CNV nous invite à reprendre contact, à re-dialoguer avec nous-mêmes, en se connectant à nos besoins, satisfaits ou non satisfaits.
    Lorsqu’on pose un acte, lorsqu’on fait un choix :on satisfait certains besoins, parfois au détriment de certains autres. Ill est important de les reconnaître, ceux qui sont satisfaits, ainsi que les autres.
    Le dialogue structuré en CNV – seul ou accompagné – nous permet d’aller à la rencontre de nos besoins parfois ignorés, de les comprendre, d’en sentir les effets dans notre corps… pour pouvoir prendre une décision, pour pouvoir se pardonner en toute responsabilité.
    Merci à ce cher Marshall Rosenberg, malheureusement décédé en 2015.

    J’ai hâte d’en savoir encore davantage sur l’écoute mutuelle et sur le dialogue intérieur!

    A bientôt et un grand merci! Nathalie.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s